Une remise à plat du dispositif européen d'évaluation, d'autorisation et de contrôle des OGM et des pesticides est nécessaire


23/10/2012 - 4 mn

Une remise à plat du dispositif européen d'évaluation, d'autorisation et de contrôle des OGM et des pesticides est nécessaire
L’Agence de sécurité sanitaire (ANSES) et Le Haut Conseil des biotechnologies (HCB) ont été saisis en septembre 2012 par les ministres de l’écologie, de l’agriculture, de la santé et de la consommation, d’une demande d’avis relative à l’article du Pr Gilles-Eric Séralini, publiée le 19 septembre dernier dans la revue Food and Chemical Toxicology et rapportant des effets à long terme, chez le rat, du maïs NK603 et du Roundup. L'ANSES et le HCB rejettent tous deux les conclusions du Pr Séralini mais reconnaissent les carences des évaluations actuelles et demandent de nouvelles études sur les effets à long terme des OGM.

L’Anses a été saisie par le Gouvernement afin d’examiner la publication de Séralini et al. parue le 19 septembre 2012. L’expertise menée par l’Agence conclut que les résultats de ce travail de recherche ne permettent pas de remettre en cause les évaluations réglementaires précédentes sur le maïs NK603 et le Round-up. L’Anses souligne en revanche le nombre limité de publications traitant des effets potentiels à long terme d’une consommation d’OGM associés à des pesticides. Elle recommande, dans ce cadre, d’engager des travaux sur ces questions.


Devenez PREMIUM !

Autres articles à consulter

Nourrissez (vraiment) votre corps !
© Alexandre Glouchkoff, diététicien nutritionniste
Ce site utilise des cookies - CGU & Mentions légales