Malbouffe : cette nouvelle décennie sera-t-elle plus healthy ?


08/01/2020 - 7 mn Malbouffe Fast-food

Depuis plusieurs années, les médecins tirent la sonnette d’alarme face à l’augmentation des fast-foods dans notre alimentation. De peur que le schéma Américain attaque la France, certains tentent d’amener les Français vers une restauration rapide mais saine : les fast-foods Healthy. Pour cette 5ème année consécutive, l’équipe du site Question2sante.com, spécialiste de l’information santé et bien-être depuis 2013, a une nouvelle fois élaboré son classement des villes de France les plus « touchées » par la malbouffe.
Malbouffe : cette nouvelle décennie sera-t-elle plus healthy ?

La Malbouffe face au Healthy

Les fast-foods nouvelle génération font de plus en plus d’adeptes. Bon, sain, frais, les chaînes Healthy touchent une nouvelle génération plus attentive à son alimentation. Malheureusement, nombreux sont encore les défenseurs du fameux hamburger-frites. Rapide, simple, peu cher, rassasiant sur le moment, la malbouffe est LA solution de facilité.

Ce que les Français tentent d’ignorer, ce sont les points négatifs de cette restauration riche en gras, en sel, en sucre et tout autre produit chimique mauvais pour notre organisme.


À lire aussi : La malbouffe... entre plaisir et honte pour les Français


Comment est réalisé ce classement ?

Pour cette étude, question2sante.com a élargi le classement aux 32 principales villes Françaises (agglomérations municipales), et analysé l’implantation des 16 plus grosses chaînes de restauration rapide de l’Hexagone : McDonalds, Quick, Burger King, KFC, Paul, Brioche Dorée, Domino’s Pizza, Subway, La Mie Câline, Starbucks, La Croissanterie, Pizza Hut, Pomme de Pain, O’tacos, Bagelstein et Speed Burger.

Le recensement du nombre de restaurant par ville résulte du croisement entre les chiffres communiqués sur les sites web des chaînes de restauration rapide, Google Map et le site des Pages Jaunes. Seules les chaînes considérées comme « malbouffe » par la rédaction ont été intégrées au classement

Ce classement porte sur la présence de ces chaînes au sein des villes sélectionnées, et ont donc été volontairement exclues les chaînes principalement présentes sur les aires d’autoroute de ce classement « par ville ». Les chiffres de l’étude ont été stoppés au 31 décembre 2019.

Le podium du classement

Top 1 Bordeaux, ville jeune et branchée au patrimoine historique important était l’année dernière encore, numéro une des villes contenant le plus de fast-foods par habitants. Et cette année, qu’en dit le classement ? Est-elle définitivement la ville où la tentation de manger un burger est la plus forte ? Et bien oui ! Bordeaux est en 2020, toujours la grande gagnante de ce classement Malbouffe !

Top 2 Si la belle endormie, compte moins de restaurants rapides que Toulouse, le ratio de densité de fast-foods pour 1000 habitants est lui plus important : 0,2143 contre 0,1885 pour Limoges qui, cette année, fait une entrée fracassante dans le top 3 ! 6ème du classement l’an dernier, Limoges ville d’art et d’histoire a vu son nombre de fast-foods augmenter considérablement : 0,1734 en 2019 contre 0,1885 pour 1000 habitants en 2020. Une augmentation traduite par l’ouverture d’un Domino’s Pizza et d’un O’tacos, mais surtout d’aucune fermeture de restaurant.

Top 3 Metz, 2ème l’an dernier descend à la 3ème place devant Paris qui, elle, passe de la 5ème à la 4ème place, suivi par Brest qui recule d’une case. Tours qui était dans le top 3 l’an dernier dégringole à la 6ème place.

Classement malbouffe 2020
Cliquer ici pour consulter le classement 2020 complet

Les chaînes les plus représentées

L’enseigne Mc Donald’s confirme cette année encore sa position de leader sur le marché, largement en tête des enseignes fast-food les plus représentées. Une tendance bien marquée notamment au sein de la capitale française qui compte 17 nouveaux restaurants de l’enseigne cette année, sur 244 au total sur l’ensemble du territoire, rien que ça !

Le géant n’hésite notamment pas à s’imposer, même lorsqu’il n’est pas le bienvenu, comme le confirme le dernier scandale en date sur l’Île d’Oléron : le premier restaurant de l’enseigne a ouvert fin décembre 2019 au terme de cinq ans de bras-de-fer avec le maire écologiste qui s’opposait à l’implantation pour des raisons de sécurité. À croire que plus aucune zone, ou presque, ne résiste au géant américain !

L’Amérique toujours à l’honneur à la deuxième place, puisque l’on retrouve un autre leader : l’enseigne Subway, avec 154 restaurants au total sur l’ensemble du territoire.

La boulangerie Paul, confirme sa troisième place malgré une vague de fermeture massive en Île-de-France : 37 restaurants en 2019 contre 20 seulement en 2020 !

Chose surprenante, l’enseigne Brioche Dorée a littéralement éclot au sein de la ville de Rennes, puisque cette dernière compte désormais 7 restaurants, soit autant que le géant américain Mc Donald’s !

Suite à son rachat par Burger King, la chaîne Quick, continue tout comme l’an dernier, de fermer des restaurants. Néanmoins on remarque davantage de fermetures que d’ouvertures : 29 restaurants Quick en moins contre seulement 3 nouvelles ouvertures de restaurants Burger King.

Le podium des enseignes les plus représentées en France
Le podium des enseignes les plus représentées en France


À lire aussi : 1 sandwich sur 2 consommé en France est un jambon-beurre


La tendance healthy prend sa part de marché !

La malbouffe est encore très présente chez les ados, et fait progresser leur taux d’obésité. Selon un rapport publié en Août 2019 par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES), qui dépend du ministère de la Santé, 18,4% des adolescents français sont en surcharge pondérale, et 5,2% d’entre eux en situation d’obésité.

Une hausse due, selon la DREES, à plusieurs facteurs : le temps passé devant les écrans, le grignotage, le manque de sport ou encore les inégalités sociales.

En effet, les enfants d’ouvriers sont les plus touchés, puisque 24% sont actuellement en surcharge pondérale en France, dont 8% sont obèses (12% et 3% chez les cadres). Une large différence qui s’explique notamment par une différence de mode de vie entre ces classes sociales.

Les habitudes de vie bénéfiques à la santé se retrouvant plus souvent chez les adolescents des milieux favorisés : alimentation variée, pratique d’un sport, ou encore des loisirs limitant le temps passé devant les écrans. Des écrans qui martèlent sans cesse aux jeunes, via des publicités ou les réseaux sociaux, des images de sucreries, céréales, barres chocolatées ou gâteux industriels…

Toutefois, face à tous ces géants de la Malbouffe, de nouvelles enseignes tentent de tirer leur épingle du jeu. Surfant sur la tendance “self-care” prônée par les nouvelles générations qui font de plus en plus attention à ce qu’elles mangent et aux produits qu’elles utilisent (de plus en plus de jeunes se tournent vers le bio), l’arrivée de fast-foods healthy comme Dubble, Pokéria, Picky Spring pourrait bientôt concurrencer certaines grandes enseignes de Malbouffe.

Deliveroo, Uber Eat, Just Eat, ces entreprises de livraisons de plats cuisinés permettent de consommer rapidement, tout en variant les saveurs (indien, chinois, mexicain, italien…) permettant de consommer mieux, sans passer par la case “fast-foods traditionnels”.

Deliveroo prévoyait d’ailleurs en 2019 de s’étendre et de donner l’accès à ses services à plus de 21 millions de Français, soit un tiers de la population en France, promettant ainsi “d’offrir aux consommateurs la nourriture qu’ils souhaitent, quand et où ils veulent”.

Une tendance bien-être qui passe par l’alimentation. Les nouvelles générations sont conscientes que ce que l’on met dans nos assiettes, a une influence directe sur notre organisme, et notamment notre cerveau. Elles n’hésitent donc pas à prendre en main leurs mauvaises habitudes et à tendre vers une alimentation variée tout en se faisant plaisir !


À lire aussi : Mangez Mieux ! Nourrissez (vraiment) votre corps...


Le domaine de la restauration qui peine à recruter

On observe également une certaine pénurie dans le recrutement au sein de la restauration. Les grandes chaînes de restauration peinent à recruter car ils n’ont tout d’abord pas bonne presse auprès des travailleurs. Des contraintes horaires trop lourdes, un salaire peu gratifiant, des conditions de travail pas toujours simples, autant de raisons qui freinent les jeunes travailleurs à postuler dans ce secteur.

D’autant plus que certains pays limitrophes offrent de meilleures conditions de travail, notamment en Suisse, où les salaires sont beaucoup plus attractifs. Pour toutes ces raisons, le secteur voit en les migrants une aubaine car moins exigeants et travailleurs. Une tendance qui comporte toutefois le risque de ternir encore plus l’image de ces métiers auprès des jeunes diplômés.

L’enseigne O’Tacos en a d’ailleurs récemment fait les frais à Tours. Les 4 restaurants présents ont tous fermé cette année suite à un scandale pour des faits “d’abus de biens sociaux, travail dissimulé, emploi de personne en situation régulière et soumissions à des conditions d’hébergement indigne”.

Pour en savoir plus, consulter les précédentes études : 2016, 2017, 2018, 2019.

SOURCE : Question2Santé


Autres articles à consulter


Cela peut vous intéresser
Besoin d'aide pour manger mieux ?
© 2020 Alexandre Glouchkoff
Mentions légales - Cookies