La qualité des applications nutritionnelles n'est pas (encore) au rendez-vous


02/12/2014 - 3 mn

La qualité des applications nutritionnelles n'est pas (encore) au rendez-vous
Les applications nutritionnelles, alimentaires ou encore sportives à vocation nutritionnelle sont légion. Il faut dire que le marché en plein essor s’y prête facilement, entre les messages enjoignant à « mieux manger » pour endiguer l’épidémie d’obésité et de surpoids, les injonctions à « bouger » et pratiquer des activités sportives, la diffusion d’un modèle idéal de corps sculpté, mince et performant, etc.

L’INC (Institut National de la Consommation), avec le concours financier du FFAS (Fonds Français pour l'Alimentation et la Santé), a entrepris en 2012 une étude sur ces applications, destinée in fine à proposer une colonne vertébrale « vertueuse » pour l’avenir de ces applications. Dans le cadre de ce travail, un certain nombre d’applications, sélectionnées sur la base de leur popularité et de leur relative exhaustivité, ont été analysées. Il n’était bien évidemment pas possible de travailler sur l’ensemble des applications - des centaines à l’époque - mais, à partir de la sélection, elles ont été catégorisées et leur pertinence et leur efficacité évaluées.


Devenez PREMIUM !

Autres articles à découvrir

Nourrissez (vraiment) votre corps !