La malbouffe... entre plaisir et honte pour les Français


24/07/2018 - 3 mn

La malbouffe... entre plaisir et honte pour les Français
La malbouffe... ce terme fait régulièrement couler de l’encre, il intrigue, il choque, il énerve... En somme il fait polémique et aujourd’hui nous avons traité pour vous sous l’angle du fameux « plaisir coupable » !

Quelles sont les hontes associées à la malbouffe ? Quelles classes sociales se retrouvent face à de telles situations ? Des régions plus touchées par ce phénomène ? Natura-santé.fr s’est associé à l’Ifop pour réaliser une étude (*) afin d'essayer de répondre à ces questions...

Prendre plaisir à consommer de la malbouffe : un phénomène typiquement féminin

57% des françaises éprouvent beaucoup de plaisir lorsqu’elles consomment du chocolat contre 48% chez les hommes.

Le nombre de femmes prenant beaucoup de plaisir à consommer de la malbouffe est toujours supérieur à celui des hommes.

Du plaisir : oui ! Mais la culpabilité n’est jamais très loin...

1 français sur 2 a déjà ressenti de la honte en mangeant un aliment ou un plat associé à de la malbouffe par les médias et les experts.

Les jeunes n’échappent pas à cette tendance, au contraire ! 65% des garçons et 61% des filles de moins de 25 ans culpabilisent lorsqu’ils mangent de la malbouffe.

La peur de la perte de contrôle de soi, ce fléau des classes élitistes

63% des femmes cadres ont déjà eu honte en mangeant de la « pâte à tartiner » contre seulement 39% des femmes employées et ouvrières.

La malbouffe : un sujet tabou dans les régions particulièrement touchées par l’obésité

La proportion de personnes classées « obèses » en raison de leur IMC se situe dans le nord de la France (principalement dans les Hauts-de-France et le Grand-Est).

55% des personnes vivant dans la région des Hauts-de-France et 54% des personnes vivant dans la région Grand-Est ont déjà eu honte en mangeant des aliments associés à la malbouffe.

La moyenne observée chez l’ensemble des Français se situe à 50%.

À mi-chemin entre le malaise et le réconfort : le syndrome du Nutella (par François Kraus)

Selon le top 10 des aliments associés à la malbouffe, la pâte à tartiner est le summum de la honte et pourtant le chocolat est l’aliment qui procure le plus de plaisir aux femmes.

La honte de cette fameuse pâte à tartiner provient d’une pression sociale forte car c’est un aliment mauvais pour la santé mais aussi pour l’environnement (déforestation et disparition d’animaux).

À l’instar de la pratique de la masturbation, la malbouffe génère un sentiment de honte sociale dont on a du mal à admettre vis à vis des autres. Entre ces deux pratiques la frontière est mince, notamment chez la femme pour qui se masturber peut représenter l’idée de ne pas contrôler ses pulsions individuelles : se livrer à de la malbouffe peut incarner la perte de contrôle sur ses pulsions alimentaires.

Pour en savoir plus, consultez l'analyse complète de l'enquête ici.

(*) Etude IFOP pour Natura-santé.fr, powered by OA. Réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 11 au 12 juillet 2018 auprès d’un échantillon de 1 030 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

SOURCE : Natura-santé.fr

Autres articles à découvrir

Cela pourrait vous intéresser