La chocolatomanie à la loupe : mécanismes et conséquences


31/10/2007 - 5 mn

La chocolatomanie à la loupe : mécanismes et conséquences
Le chocolat a tout pour plaire : il est à la fois sucré, amer, doux, onctueux, tendre et craquant... Tout pour plaire majoritairement aux femmes qui représentent plus des trois quarts des sujets dans les différentes études. Les 5ème rencontres annuelles du GROS (18-19 octobre 2007) ont permi d'approfondir la chocolatomanie - addiction au chocolat - qui peut se définir comme « le besoin irrépressible de consommer une quantité minimale de chocolat chaque jour », 50 grammes représentant le consensus minimal.

En clinique, la majorité des chocolatomanes présentent des antécédents dépressifs et déclarent que le chocolat augmente leur énergie, leur procure du plaisir et un sentiment de détente. Ils signalent également un effet anxiolytique. La population des chocolatomanes se distingue de celle des boulimiques par le fait que ces sujets présentent majoritairement un IMC normal, ne vomissent pas et conservent dans l'ensemble une structure « traditionnelle » de repas. La consommation de chocolat est vécue dans une sorte de « double-bind » entre recherche de récompense et culpabilité.


Devenez PREMIUM !

Autres articles à découvrir

Nourrissez (vraiment) votre corps !