L'obésité, une maladie d'une grande complexité


28/03/2017 - 10 mn

L'obésité, une maladie d'une grande complexité
Si des déterminants génétiques peuvent favoriser le développement de l’obésité en réponse aux multiples changements des modes de vie (alimentation, sédentarité, aspects socio-économiques), des phénomènes d’adaptations moléculaires et structurales des tissus de l’organisme ainsi que des perturbations de la communication entre ces tissus contribuent à la chronicisation, au maintien et à la résistance au traitement de cette maladie hétérogène et très complexe. L’obésité d’une personne n’est certainement pas celle d’une autre et il devient urgent de comprendre cette maladie dans toutes ses dimensions culturelles, environnementales et biologiques afin de mieux prendre en charge les patients.

L'équipe de Karine Clément, appelée « NutriOmique » : « Nutrition et Obésité : approche systémique » travaille depuis plusieurs années à comprendre les mécanismes d’induction rapide de la prise de poids, ainsi que les anomalies d’adaptation tissulaires aux variations du statut nutritionnel et les altérations des dialogues inter-organes. Un enjeu futur de ces approches est l’identification des marqueurs et les prédicteurs moléculaires des situations cliniques et biologiques associées à l’obésité dans un esprit de mieux comprendre cette maladie complexe, mieux caractériser les patients pour les traiter de façon plus précise. Dans ce contexte, NutriOmique a plus récemment analysé la contribution du microbiote intestinal aux phénotypes associés à l’obésité, et notamment dans la contribution au dialogue intestin-tissu adipeux.


Devenez PREMIUM !

Autres articles à découvrir

Nourrissez (vraiment) votre corps !