Jus de fruits, smoothies, eaux aromatisées, thés et infusions glacés... attention aux aliments faux amis !


06/05/21 Boissons sucrées 

« Pur jus », « à base de concentré », « nectar », « sans sucre ajouté », « 100% fruits »… Face à une offre très variée et une place de choix pour ces boissons dans les grandes surfaces, l'association de défense des consommateurs CLCV a étudié 158 boissons entre décembre 2020 et mars 2021 dans 6 enseignes de la grande distribution. Que contiennent ces boissons ? Sont-elles si saines qu’elles en ont l’air ? Comment faire son choix face à la multitude de boissons proposées ?

Jus de fruits, smoothies, eaux aromatisées, thés et infusions glacés... attention aux aliments faux amis !

Le jus d’orange est un bon exemple, il en existe estampillé pur jus, à base de jus concentré, nectar, sans pulpe, sans sucre ajouté, 100% fruits, … Le consommateur a de quoi s’y perdre ! Ces boissons sont consommées aussi bien au petit-déjeuner, au goûter ou tout simplement pour se rafraîchir. Selon une étude Nielsen et Unijus, les Français ont consommé en 2018 environ 22 litres de jus de fruits par personne.

Contrairement à une idée reçue, nombre de ces boissons présentent un mauvais profil nutritionnel notamment car elles sont très sucrées. La CLCV dénonce également aussi une technique de dissimulation utilisée par les distributeurs et industriels qui consiste à afficher un fruit "prestigieux" (par exemple ananas/gingembre) alors que la boisson contient surtout des fruits moins nobles et moins chers (pomme, raisins).

Des boissons à consommer avec modération

Toutes ces boissons ne se valent pas, leur composition varie selon leur famille. Les purs jus, à base de concentré ou non, contiennent 100% de fruits, pas de sucre ajouté et très peu d’additifs. Les nectars sont composés de jus à base de concentré, d’eau, de sucre ajouté et de quelques additifs. Les boissons aux fruits, qui n’ont pas l’appellation de jus, les thés et infusions glacés et les eaux aromatisées contiennent principalement de l’eau, du sucre, des additifs et une faible quantité de jus souvent à base de concentré (9.5% en moyenne).

La plupart du temps, celles qui sont le moins sucrées sont saturées d’additifs (arômes, édulcorant, …). La majorité des boissons étudiées ne sont pas de bonne qualité nutritionnelle : 56% ont un Nutri-Score D, 24% sont notées C, 14% B et 6% sont notées E. Aucune boisson ne se trouve dans la première classe du Nutri-Score (A), l’eau étant la seule boisson notée A. Ces boissons sont donc à consommer de façon occasionnelle au vu de leurs teneurs en sucre élevées.

Un jus de fruits ne remplace pas un fruit

Si sans surprise, les jus de fruits sont les boissons qui contiennent le plus de fruits, ils restent, quels qu’ils soient, très sucrés (en moyenne 10% de sucre) et pauvres en fibres. Ils ne peuvent pas remplacer dans l’alimentation une des 5 portions de fruits et légumes recommandées par jour.

Du jus de pomme omniprésent et bien caché !

Vous pensez boire un jus de pamplemousse ou d’ananas… Nous avons constaté que certains jus sont composés pour moitié de jus de pomme ou de raisin, probablement moins chers ! Rien ne l’indique à l’avant de l’emballage.

La CLCV demande donc aux industriels et distributeurs plus de transparence sur la composition des boissons, notamment l’indication claire et visible à l’avant de l’emballage de tous les fruits utilisés en quantité importante.

Certaines allégations cachent de mauvaises surprises

91% des boissons étudiées présentent des allégations ou des mentions ventant leurs propriétés antioxydantes ou revitalisantes sur leur emballage. Si elles ne sont pas fausses, elles peuvent induire le consommateur en erreur. Dans cette enquête, un jus 30% moins sucré contient principalement de l’eau de coco, un thé glacé « sans colorant » renferme tous les autres types d’additifs, un smoothie « antioxydant » est noté D sur l’échelle Nutri-Score, un jus de fruits produit en France ne précise pas l’origine des fruits utilisés…

La CLCV demande également un meilleur encadrement des allégations nutritionnelles et autres mentions positives en fonction du profil nutritionnel global de la boisson afin qu’il ne soit plus possible de les utiliser pour des boissons notées D ou E sur l’échelle Nutri-Score.

SOURCE : CLCV


Cela pourrait vous intéresser



© 2021 Alexandre Glouchkoff
-