Covid-19 : le confinement a-t-il révolutionné l’activité physique des Français ?


27/05/2020 - 6 mn Activité physique Confinement

Enfermement, invasion de joggeurs dans les rues et pénurie de matériel sportif : comment la pratique sportive des Français a-t-elle évolué à l’ère du COVID-19 ? Comment voient-ils leur corps après deux mois d’assignation à résidence ? Le sport dans l’après-confinement reprendra-t-il comme avant ou sera-t-il marqué par les changements opérés au plus fort de la pandémie ? L’étude Ifop pour Fitness Magazine (*), réalisée quelques jours à peine après le déconfinement, questionne les Français sur leur rapport à l’activité sportive, dresse le bilan de cette période inédite et dessine le panorama des prochains mois, alors que l’été tarde déjà l’hexagone de ses premiers rayons.
Covid-19 : le confinement a-t-il révolutionné l’activité physique des Français ?

La satisfaction à l’égard de son apparence

50% des Français se disent satisfaits de leur corpulence/de leur niveau de poids. Parmi les hommes, 56% se déclarent satisfaits de leur corpulence, contre 44% des femmes.

Une tendance plus accentuée chez les jeunes -25 ans (61%), les personnes en couple non cohabitant (67%) et les personnes ayant un IMC normal (69%).

Aussi, 55% des Français se disent satisfaits de leur musculature / du niveau de fermeté de leur corps. Parmi les hommes, 52% se déclarent satisfaits de leur musculature, contre 39% chez les femmes.

Une tendance là encore plus accentuée chez les jeunes de -25 ans (56%), les célibataires non cohabitant (55%) et les personnes ayant un IMC normal (53%).

La pratique sportive pendant le confinement

Depuis la mise en place du confinement, 59% des Français pratiquent une activité physique ou sportive chaque semaine (dont 25% plusieurs fois par semaine), contre 61% des Français à la même période, avant le confinement (juin 2019).


À lire aussi : Maintenir une activité physique et limiter la sédentarité pendant le confinement


Parmi les hommes, 63% déclarent pratiquer une activité physique ou sportive au moins une fois par semaine, contre 54% chez les femmes.

Une tendance plus accentuée chez les jeunes de -25 ans (64%), les CSP+ (66%), et les personnes dont l’IMC les place dans la catégorie “maigre” (73%).

Le suivi de cours de sport en ligne pendant le confinement

24% des Français ont suivi des cours de sport, fitness ou musculation en ligne (vidéos YouTube, live Instagram…) durant le confinement.

Ce sont principalement les femmes qui ont été les plus nombreuses à suivre des cours de sport en ligne depuis le début du confinement (35%), contrairement aux hommes (15%).

Une tendance encore plus accentuée chez les jeunes de -35 ans (45%), les couples non cohabitant (35%), les personnes confinés dans un logement de 50m2 ou moins (39%) et les personnes ayant un IMC normal (31%).

Les motivations à la pratique d’une activité physique

75% des Français pratiquent une activité physique depuis la mise en confinement pour rester en bonne santé, pour se défouler (42%), pour se divertir (29%) ou encore pour mincir (25%).

Une nécessité à se défouler plus accentuée chez les 25-35 ans (45%), les personnes confinés dans 50m2 ou moins (47%), et les personnes en surpoids (49%).

En ce qui concerne la pratique sportive motivée principalement par l’envie de mincir, on retrouve les femmes (29%), les 35-49 ans (34%), les employés (40%), et les “obèses” (49%).

La fréquence de pratique d’une activité physique en extérieur

Depuis la mise en place du confinement, 46% des Français ont pratiqué une activité physique à l’extérieur du logement où ils sont confinés (dont 14% tous les jours).

Parmi les hommes, 52% déclarent avoir pratiqué une activité physique ou sportive en extérieur au moins une fois par semaine, contre 40% chez les femmes.

Une tendance plus accentuée chez les seniors (52% des + 65 ans), les ouvriers (49%), les personnes confinées dans plus de 150m2 (67%), et les personnes en surpoids (55%).


À lire aussi : Poids et habitudes alimentaires : le confinement a-t-il fait exploser la balance ?


Le sport comme prétexte pour prendre l’air en période de confinement

24% des Français avouent avoir utilisé le sport comme prétexte pour sortir de chez eux durant le confinement, principalement pour sortir de chez eux/ prendre l’air (18%).

Le faux prétexte du sport est plus souvent utilisé par les jeunes de -25 ans (32%), les personnes confinés dans un logement de moins de 50m2 (30%), et les personnes “maigres” (33%).

Au niveau régional, les moins honnêtes sont les Bretons (32%) et les Franciliens (29%), contrairement aux Bourguignons/Franc-Comtois (19%) et les Néo-Aquitains (17%).

Quid du sport après le déconfinement ?

Depuis le déconfinement du 11 Mai, 12% des Français affirment que leur pratique sportive a augmenté par rapport à leur pratique avant le confinement.

Parmi les hommes, 14% déclarent faire plus de sport aujourd’hui qu’avant le début du confinement contre 12% chez les femmes.

Une tendance plus accentuée chez les jeunes de - 25 ans (25%).


À lire aussi : Pour rester en forme, quel sport pratiquer et à quel âge ?


Une nouvelle routine post-confinement pour être bien dans son corps

Dans les prochaines semaines, 27% des Français ont l’intention de faire du sport en couple, 14% de suivre des cours de sport, fitness ou musculation en ligne, 11% de s’inscrire dans une salle de sport et 5% de prendre un coach sportif.

Les principales motivations de la pratique actuelle d’une activité physique ou sportive sont le souhait d’être bien dans sa peau dans les endroits où l’on montre son corps (54%), le souhait d’être en forme pour les activités physiques des vacances d’été (53%) et la volonté d’être le plus séduisant possible en vue de l’été (29%).

Une tendance à pratiquer le sport pour séduire cet été plus accentuée chez les femmes (32%), les jeunes - 25 ans (64%), les ouvriers (47%), les personnes confinés dans moins de 50m2 ou moins (57%), et les personnes “maigres” (42%).

Le point de vue de l’Ifop

Jean-Philippe Dubrulle, Directeur d’études au pôle Opinion de l’Ifop

Assurément, le confinement n’aura pas été pour tous la parenthèse romantique et hors du temps dépeinte par certains : tout le monde n’a pas arrêté de travailler, tout le monde ne s’est pas ennuyé… et tout le monde n’a pas chamboulé son quotidien avec de nouveaux loisirs. Cela vaut notamment pour la pratique sportive ! Ni le confinement dans un espace réduit, ni le temps libéré pour certains… ni même la prise de poids d’une majorité de la population (cf. sondage Ifop pour Darwin Nutrition, mai 2020) n’ont poussé les Français à augmenter significativement leur activité sportive. Alors que la crise se caractérise par des événements brutaux et soudains, l’après se nourrit des ajustements, des inventions et des mutations trouvés par les individus. En matière de sport, par de révolution non plus, mais de nouvelles tendances appelées à se développer, comme le suivi de cours en ligne ou le changement de partenaire (sa moitié !), dans un contexte où la pandémie n’a pas entamé les attentes des Français en matière de sport : avec ou sans COVID-19, on se dépense pour rester en bonne santé, se défouler… et séduire !

(*) Enquête menée auprès d’un échantillon de 1 012 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, par questionnaire auto-administré en ligne du 15 au 18 Mai 2020.

SOURCE : Fitness Magazine


Autres articles à consulter


Cela peut vous intéresser
Besoin d'aide pour manger mieux ?
© 2020 Alexandre Glouchkoff
Mentions légales - Cookies