Covid-19 et statut nutritionnel : comment renforcer ses défenses immunitaires ?


20/04/2020 - 3 mn Immunité 

Dans le contexte actuel de l’épidémie de Covid-19, les défenses immunitaires peuvent être particulièrement sollicitées. On connait maintenant bien mieux le profil des personnes les plus à risque de complications sévères : l'âge, bien sûr, l'existence de maladies chroniques, c'est certain, mais aussi le statut nutritionnel, qui jusqu'à présent n'a encore jamais fait l'objet d'un communiqué officiel fait à la population !
Covid-19 et statut nutritionnel : comment renforcer ses défenses immunitaires ?

La vitamine D joue un rôle essentiel dans la qualité du tissu osseux et musculaire ainsi que dans le renforcement de notre système immunitaire. On sait pourtant qu'au moins 75% de la population européenne manque de vitamine D. On sait aussi que les plus de 50 ans manquent aussi souvent de zinc.

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, de nombreuses publications scientifiques montrent l'importance de la vitamine D et du zinc. Ainsi, par exemple, un déficit en vitamine D augmente très significativement le risque d'admission en soins intensifs, notamment dans le cadre des insuffisances respiratoires aigües. On sait aussi que le zinc contribue à ralentir la vitesse de réplication du virus et la charge virale.

Dans la conscience collective, la vitamine C est celle à laquelle on pense souvent en premier concernant l'immunité. La vitamine C peut stimuler le système immunitaire, notamment dans la fabrication des lymphocytes T. Son action semble liée à de très nombreux autres facteurs favorisants, en particulier le zinc, avec lequel elle contribue activement à la défense de l’organisme en le protégeant du stress oxydatif généré pour éliminer les agents étrangers.

Dans les années à venir, il semble clair que nous serons encore confrontés à des virus et à d'autres pandémies. Avoir assez de vitamine D, de vitamine C et de zinc ainsi qu'un bon statut nutritionnel en général, peut aider vraiment à passer à travers une infection avec moins de complications.

A quand alors une annonce gouvernementale en France pour encourager la population à avoir un apport alimentaire suffisant tout au long de l'année et à envisager de se supplémenter dès maintenant si nécessaire (sur indication diététique ou médicale) en vitamine D, en vitamine C et en zinc ? Cela ne coûte presque rien, c'est sans danger et l'effet protecteur est totalement démontré, même pour le Covid-19 : moindres complications et mortalité.

Sources alimentaires

La vitamine C se trouve essentiellement dans les végétaux, fruits et légumes : voir ici.

Le zinc se trouve essentiellement dans les aliments riches en protéines : voir ici.

Deux voies permettent de couvrir les besoins en vitamine D : l’exposition au soleil et la consommation de certains aliments gras : voir ici.

Le risque d'apport insuffisant en vitamine D est d’autant plus élevé lorsque la pratique d’activité physique est réduite, comme cela peut être le cas en période de confinement


À lire aussi : Pourquoi la vitamine D nous protège...


Vitamine D et confinement

Jardin, terrasse, balcon, fenêtre : s’exposer au soleil un quart d’heure par jour

En cas de confinement à domicile, a fortiori lorsqu’on ne dispose pas de jardin, la synthèse de vitamine D liée à l’exposition au soleil se trouve limitée. Au printemps, une exposition de 15 à 20 minutes des mains, des avant-bras et du visage assure toutefois l’apport journalier en vitamine D nécessaire pour couvrir les besoins d’un adulte en bonne santé. A défaut de jardin, de terrasse ou de balcon, il est possible de s’exposer au soleil depuis votre fenêtre ouverte, tout en prenant des précautions face à ses effets néfastes (coups de soleil).

(D'après un communiqué de l'ANSES et Véronique Liesse, diététitienne, nutritionniste et micronutritioniste



Autres articles à consulter


Cela peut vous intéresser
Besoin d'aide pour manger mieux ?
© 2020 Alexandre Glouchkoff
Mentions légales - Cookies