Confinement : quelles conséquences sur les habitudes alimentaires ?


20/05/2020 - 4 mn Confinement Habitudes alimentaires

Durant 51 jours, le confinement imposé aux Français par l’épidémie de Covid-19 a bouleversé leur quotidien jusque dans leurs habitudes alimentaires. Santé publique France a intégré dans les troisième et sixième vagues de son enquête CoviPrev [1] des questions sur l’alimentation, afin d’évaluer ces changements.
Confinement : quelles conséquences sur les habitudes alimentaires ?

Les principales évolutions déclarées portent sur le grignotage, le fait de cuisiner maison, l’accessibilité des produits alimentaires et le poids. Pour améliorer son alimentation au quotidien, de nombreux outils existent et les Français s’y sont référés pendant le confinement : le site mangerbouger.fr a connu une hausse de fréquentation de 60% par rapport à 2019.

Un impact certain du confinement sur les comportements alimentaires

Alimentation moins équilibrée, plus de grignotage, davantage de fait-maison… le confinement a modifié les habitudes alimentaires. Selon les résultats recueillis dans l’enquête CoviPrev :

  • 17% des personnes interrogées considèrent que leur alimentation est moins équilibrée qu’avant le confinement (contre 13% déclarant une alimentation plus équilibrée que d’habitude) ;

  • 22% déclarent grignoter entre les repas plus que d’habitude (contre 17% moins que d’habitude) ;

  • 37% des personnes interrogées déclarent cuisiner des plats-maison plus que d’habitude (contre 4% moins que d’habitude) ;

  • 27% déclarent avoir pris du poids (contre 11% en avoir perdu).

À lire aussi : Poids et habitudes alimentaires : le confinement a-t-il fait exploser la balance ?


La tendance au grignotage et à la prise de poids s’amplifie au fil du confinement avec 27% des personnes interrogées déclarant grignoter entre les repas plus que d’habitude début mai (vs 22% à la mi-avril) et 36 % des personnes déclarant avoir pris du poids (vs 27% à la mi-avril).

Parallèlement, des difficultés d’approvisionnement et une plus grande attention portée au budget alimentaire sont ressenties par les répondants :

  • 57% déclarent trouver moins que d’habitude les aliments qu’ils souhaitent dans les magasins ;

  • 23% portent plus d’attention que d’habitude à leur budget alimentaire.


À lire aussi : Le confinement favorise les troubles alimentaires


Ces évolutions touchaient particulièrement les personnes de moins de 40 ans, les familles avec des enfants de moins de 16 ans, les personnes en situation financière très difficile et les personnes présentant des niveaux élevés d’anxiété et de dépression et beaucoup de problèmes de sommeil.

Eclairages sur ces évolutions : l’étude ViQuoP

Santé publique France a également mené pendant le confinement une étude qualitative auprès d’une communauté en ligne2. Leurs réponses apportent un éclairage sur ces comportements :

  • Cuisiner davantage s’explique grâce au temps disponible et du fait de la présence de tous les membres du foyer à tous les repas ;

  • la forte tendance au grignotage permettrait de compenser ennui et stress lié au confinement et à l’épidémie ;

  • les difficultés à s’approvisionner sont liées à la fois à la pénurie de certains aliments et à la difficulté de trouver des aliments bon marché.


À lire aussi : Auto-quarantaine et confinement : les bons choix alimentaires


« Pendant la période de confinement, les Français ont redécouvert le plaisir de cuisiner à la maison. L’augmentation de la fréquentation sur le site mangerbouger.fr témoigne d’ailleurs de leur intérêt grandissant pour la cuisine et l’activité physique à pratiquer à domicile. Cette nouvelle habitude vécue positivement pourrait s’installer durablement dans leur quotidien après le déconfinement. Cette tendance sera à suivre. » indique Anne-Juliette Serry, responsable de l’unité nutrition et activité physique à Santé publique France.

[1] Vagues d’enquête menées du 14 au 16 avril, puis du 4 au 6 mai 2020 auprès de 2010 individus âgés d’au moins 18 ans

[2] Etude menée par Santé publique France pendant le confinement auprès d’une communauté en ligne : 60 foyers choisis pour leur diversité sociodémographique sont interrogés en ligne une à deux fois par semaine pour répondre à deux ou trois questions ouvertes. Des questions sur leur alimentation et l’approvisionnement alimentaire leur ont été posées le 21 avril dernier.



Autres articles à consulter


Cela peut vous intéresser
Besoin d'aide pour manger mieux ?
© 2020 Alexandre Glouchkoff
Mentions légales - Cookies