Classification NOVA : niveau de transformation des aliments et santé


19/09/2018 - 25 mn

Classification NOVA : niveau de transformation des aliments et santé
Force est de constater que si, à son origine, la technologie était au service de l’aliment, progressivement c’est l’aliment qui est devenu au service de la technologie. En effet, au tout début la technologie a servi l’aliment pour le rendre sûr, comestible et palatable. Puis progressivement, en raison d’impératifs économiques et de rentabilité, c’est l’aliment qui a dû s’adapter aux contraintes agronomiques et technologiques. Selon Anthony Fardet, chercheur en alimentation préventive et holistique, le potentiel santé d’un aliment ne dépend pas essentiellement de sa composition nutritionnelle. Il dépend aussi et surtout de sa structure physique, et donc de son degré de transformation. A composition identique en nutriments et donc en calories, deux aliments avec des structures physiques différentes n’auront pas le même potentiel santé.

Force est de constater que si, à son origine, la technologie était au service de l’aliment, progressivement c’est l’aliment qui est devenu au service de la technologie. En effet, au tout début la technologie a servi l’aliment pour le rendre sûr, comestible et palatable. Difficile de manger des grains de céréales non transformés ! La fermentation a aussi donné du goût à certains aliments comme pour les produits laitiers, le pain, les légumineuses, etc. La mise en conserve a permis de conserver les aliments sur de longues périodes permettant aux marins de partir en mer avec des stocks suffisants et sûrs de produits alimentaires.


Devenez PREMIUM !

Autres articles à consulter


Nourrissez (vraiment) votre corps !
© Alexandre Glouchkoff, diététicien nutritionniste
Ce site utilise des cookies - CGU & Mentions légales