Calendrier du vent 2020 : nouvelle sélection fine d'arnaques sur l'étiquette pour les fêtes


04/12/20 Étiquetage alimentaire 

Quoi que l’actualité nous réserve, il faudra bien se nourrir aux fêtes. Habituée à débusquer les arnaques sur l’étiquette, foodwatch en dévoile une nouvelle chaque jour du 1er au 24 décembre avec son « Calendrier du vent ». Exposer ces abus – souvent communiqués à l’association par les consommateurs eux-mêmes - est une méthode éprouvée. Lors de la première édition du « Calendrier du vent » l’année dernière, cinq fabricants avaient changé leur étiquette suite à cette campagne de foodwatch.

Calendrier du vent 2020 : nouvelle sélection fine d'arnaques sur l'étiquette pour les fêtes

C’est une nouvelle sélection de produits au marketing malhonnête… de fêtes que propose foodwatch dans la deuxième édition de son « Calendrier du vent ». Chaque jour du 1er au 24 décembre, l’organisation de défense des consommateurs dévoile une arnaque sur l’étiquette décelée sur des aliments très plébiscités en cette fin d’année.

« Il s’agit de produits repérés par notre équipe dans les magasins mais aussi de nombreux exemples envoyés par des foodwatchers excédés de se faire avoir. En l’absence d’action de la part des autorités, nous exposons publiquement les marques qui trichent afin que ces abus cessent »

Camille Dorioz, responsable de campagnes chez foodwatch France

C’est la méthode éprouvée par foodwatch du name and shame. Lors de l’édition du « Calendrier du vent » 2019, cinq marques – Vacher (miel), Cirio (huile d’olive), Brossard (pain d’épices), Montagne noire (charcuterie) et Guyader (saumon fumé) – ont modifié leur étiquetage suite à la campagne de foodwatch.

Cette année, six types d’arnaques sur l’étiquette et 23 produits (la 24e case résume le tout) sont épinglés par foodwatch

1 Le « made in France » qui vient de loin, une ruse qui rapporte gros : « Rillettes de thon blanc débarqué en Bretagne » de Guyader comme si le thon ‘débarqué’ en Bretagne en faisait un produit breton (Breizhwashing ?), le « Miel de montagne bio » de Besacier présente une adresse en France sur l’étiquette mais le miel vient du Nicaragua, les « Escargots de Bourgogne à la Bourguignonne » (ils insistent !) de Monique Ranou (Intermarché/Les Mousquetaires) proviennent de Pologne selon son fournisseur mais ce n’est pas précisé sur l’emballage, la « Moutarde de Dijon French Mustard » de Petits Gourmets est fabriquée avec des graines de moutarde 100% canadiennes, la « Crème à la vanille Isigny Sainte-Mère » n’a rien à voir avec la véritable crème d’Isigny qui jouit d’une appellation d’origine protégée ; ici, le lait est « origine UE ».

2 Les additifs controversés pour la santé dans des produits soi-disant qualitatifs : « L’Extra Tendre de canard » de Le Gaulois contient du nitrite de sodium (E250), un additif controversé pour la santé (il favorise l’apparition de certaines cancers), le très chic « Bloc de foie gras de canard du Sud-Ouest avec morceaux » de Labeyrie contient ce même E250, le « Fleuron de Canard » de Fleury Michon utilise le nitrite de sodium controversé dans sa « Recette Joël Robuchon » alors que le grand chef étoilé disait ne plus utiliser d’additifs, le « Vinaigre de Xérès Réserve » de Maille (Unilever) avec son Indication Géographique Protégée (IGP) contient du caramel au sulfite d'ammonium (E150d), utilisé pour donner cette couleur ambrée au vinaigre mais très controversé pour la santé (on le retrouve dans le Coca-Cola ; en Californie, l’usage de ce colorant doit être accompagné de la mention « Attention, ce produit contient des produits chimiques connus par l’Etat de Californie pour causer le cancer, des malformations fœtales ou d’autres troubles de la reproduction »), et enfin les « Œufs de lompe noirs » de la Marque Repère (E. Leclerc) contiennent huit additifs dont ce même caramel au sulfite d'ammonium E150d pour teinter les œufs de lompe afin d’évoquer le coté chic du caviar.

3 L’huile de palme masquée dans des produits où on ne l’y attend pas : les incontournables « Papillotes Noir Chic » de Révillon ne sont pas si chics que cela avec leur huile de palme dont on connaît l’impact sur la santé, l'environnement et les droits humains, même chose du côté du chocolatier Lindt (plutôt cher) et ses « Connaisseurs Bâtonnets Les Pralinés », la même huile de palme se retrouve dans les « Truffes Fantaisie » de Cémoi qui se prétendent pourtant éthiques, idem dans le « Coffret de petits feuilletés - Sapins en Hiver » à réchauffer de Blini. Plus étonnants, les biscuits « Cigarettes Russes » de Delacre (Ferrero) recourent aussi à l’huile de palme alors que Delacre se targue d’être le fournisseur de la Cour de Belgique. foodwatch va même jusqu’à s’interroger : la famille royale belge cautionnerait-elle les dégâts causés par l’huile de palme à la planète et à la santé ?

4 La promesse d’ingrédients alléchants mais présents en quantité ridicule : le « Délice de Courgettes au Chèvre », de Liebig contient à peine 0,2% de fromage en poudre, les « Gousses de vanille en poudre sucrées » de Vahiné contiennent à peine 30% de véritable vanille, les près de ¾ restants sont des gousses épuisées et du sucre, le tout vendu à plus de 550€ le kilo, la « Fondue aux 3 fromages, recette savoyarde » de Président (Lactalis) présente trois beaux morceaux de fromages mais les vraies proportions sont ridicules 45 % d’emmental (moins cher) pour 6% de comté, 3% de tomme et puis… plus d’eau que de vin blanc.

5 L’arnaque au prix : la « Confiture de figues - Accompagnement pour foie gras » de Monoprix Gourmet n’a rien de particulier mais, vendue en tout petit pot de 46 grammes à côté des foies gras, elle coûte jusqu’à dix fois plus cher au kilo qu’une confiture de figues vendue au rayon confitures, la « Raclette Classique » de RichesMonts est vendue chez Super U plus cher (de 12%) dans son format familial que dans son format classique : une ineptie pour les consommateurs qui pensent qu’acheter un maxi format est plus économique.

6 Le plein de vide ou comment des emballages surdimensionnés cachent en réalité une petite quantité de produit : le « Gravlax de truite arc-en-ciel fumée » de Deluxe (Lidl) se présente dans un emballage vide à 55%, les «Rillettes de Poulet Rôti en Cocotte » de Bordeau Chesnel ont un pot dont le fond est incurvé, ce qui permet à la marque d’y glisser 13% de rillettes en moins, le « Thé vert bio fraise menthe » en vrac de Lipton cache bien son jeu avec 43% de vide à l’intérieur du paquet.

CALENDRIER DU VENT 2020

Tout au long de l’année, foodwatch pointe du doigt les pratiques abusives auxquelles recourent l’industrie agroalimentaire et la grande distribution pour vendre toujours plus de produits… avec un étiquetage peu honnête. C’est la campagne « Arnaque sur l’étiquette », à laquelle de plus en plus de consommateurs participent en signant les pétitions ou en dénonçant les arnaques repérées dans leurs supermarchés.

SOURCE : foodwatch


Cela pourrait vous intéresser



© 2021 Alexandre Glouchkoff
- Stats