Aliments en maxi format : attention aux arnaques au prix !


26/04/2020 - 4 mn Étiquetage alimentaire 

Vous ne pouvez pas les rater avec leurs écriteaux en gros, en gras, en rouge, sur fond jaune et en majuscule sur les emballages : les « format maxi » ou « format familial ». Alors qu’on imagine que ces aliments sont moins chers au kilo car vendus en gros, l'organisation foodwatch a débusqué une dizaine d’exemples où c’est exactement l’inverse : ils sont plus chers au kilo que leur format classique !
Aliments en maxi format : attention aux arnaques au prix !

En cette période de confinement propice aux achats (à toute vitesse) de denrées en « format maxi » ou « format familial » - parce qu’il faut bien nourrir toute la famille et faire un peu de stock pour sortir le moins possible -, l'association de consommateurs foodwatch a été alertée sur cette pratique scandaleuse qui n’est sans doute pas directement connectée à la crise du coronavirus.

Des aliments en « format maxi », « familial » et même en lot que l’on pourrait croire économiquement plus avantageux sont en réalité plus chers au kilo que leurs homologues de taille classique. C’est ce que révèle foodwatch, avec dix exemples à l’appui, facilement dénichés et repérés par les consommateurs pour certains et débusqués par l’ONG en ligne sur les drives des grandes chaînes de supermarchés pour d’autres.

Infographie prix « format maxi » vs. « format familial » - foodwatch

Pour Camille Dorioz, responsable de campagnes chez foodwatch : « Ces arnaques sur l’étiquette concernent de nombreux produits courants ; aucun rayon n’y échappe. Les augmentations vont parfois de quelques centimes à plus de 29 %. En ces temps où l’on fait les courses au pas de charge sans prendre le temps de comparer les prix au kilo des aliments, nous considérons cette pratique abusive et appelons les distributeurs à cesser sans délai ».

  • Riz long grain incollable, 5 minutes, Lustucru : 1,38 € (3,07 €/kg) en version 450 g vs 2,83 € euros (3,77 €/kg) en version 750 g chez Cora Drive Amphion (74500). Une augmentation de 22,8% au kilo

  • Twinuts, cacahuètes enrobées goût salé, Benenuts : 0,96 € (6,40 €/kg) en version 150 g vs 1,77 € (6,81 €/kg) en version format familial 260 g chez Auchan Guilherand-Granges Valence (07500). Une augmentation de 6,4 % au kilo

  • Coquillettes d’Or, Panzani : 0,78 € (1,56 €/kg) en version 500 g vs 1,60 € (1,60 €/kg) en maxi format 1 kg chez Casino Paris Flandre (75019). Une augmentation de 2,5 % au kilo

  • Bûche de chèvre Sainte-Maure, 23 % mg, Soignon : 1,77 € (8,85 €/kg) en version 200 g vs 2,84 € (9,47 €/kg) en format familial 300 g chez Super U Montigny-lès-Metz (57950). Une augmentation de 7 % au kilo

  • Pains hamburgers géants, Jacquet : 0,87 € (2,64 €/kg) en version 330 g vs 1,69 € (3,41 €/kg) en version maxi format 495 g chez Carrefour. Une augmentation de 29 % au kilo

  • Yaourts nature, Danone : 0,73 € (1,46 €/kg) en version 4 x 125 g vs 1,58 € (1,58€/kg) en version 8 x 125 g chez Leclerc Meaux (77100). Une augmentation de 8,2 % au kilo

  • Le fruit multi-fruits, Joker : 1,60 € (1,60 €/L) en version 1L vs 6,79 € (1,70 €/L) en version 4 x 1L (lot de quatre bouteilles) chez Cora Drive Amphion (74500). Une augmentation de 6,2 % au kilo

  • Choco’Barre 3 céréales, Prince de LU : 1,55 € (12,40 €/kg) en version 125 g vs 3,99 € (15,96 €/kg) en version 2 x 125 g (lot de deux paquets) chez Auchan Guilherand-Granges Valence (07500). Une augmentation de 28,7 % au kilo

  • Pains au chocolat au levain, Brioche Pasquier : 1,58 € (4,39 €/kg) en version 360 g vs 3,21 € (4,46 €/kg) en version maxi familial 720 g chez Intermarché Boissise-la-Bertrand (77350). Une augmentation de 1,6 % au kilo

  • Pain 100 % mie nature, Harry’s : 1,65 € (3,30 €/kg) en version 500 g vs 2,49 € (3,83 €/kg) en maxi format 650 g chez Monoprix. Une augmentation de 16 % au kilo.

Cette arnaque sur l’étiquette concerne de nombreux produits de la vie quotidienne et c’est d’autant plus choquant que le contexte actuel est propice à l’achat de grands formats, pour ne pas faire ses courses trop souvent. En ce moment, on ne prend pas le temps de comparer les prix au kilo. foodwatch l'a fait pour vous. Ces pratiques sont inacceptables. C’est pourquoi l'ONG a écrit aux distributeurs concernés dès ce matin pour leur demander de rendre des comptes et de proscrire cette arnaque sur l’étiquette de leurs rayons !


À lire aussi : Détox, minceur, anticancer... attention aux promesses santé, arnaques sur l'étiquette !


A travers sa campagne « Arnaque sur l’étiquette », foodwatch dénonce le règne de la désinformation et permet à toutes et tous de faire pression sur les fabricants de l’agroalimentaire et les distributeurs pour qu’ils changent leurs pratiques abusives.



Autres articles à consulter


© 2020 Alexandre Glouchkoff
Mentions légales - Cookies