Alimentation : que valent vraiment les produits végétariens ?


28/09/2020 - 3 mn Végétarisme Clcv

Face à l’engouement des consommateurs pour les produits végétariens et végan, la CLCV a souhaité savoir ce qu’ils contiennent exactement. Nous avons étudié la composition, le profil nutritionnel et l’origine des ingrédients végétaux de 95 produits végétariens et végan*. Ils ont été classés en 3 catégories : les « produits panés », les « imitations viande » et les « galettes végétales ».
Alimentation : que valent vraiment les produits végétariens ?

Les produits végétariens et végan se développent pour répondre à la demande des consommateurs de manger moins de viande. Mais que contiennent-ils ? D’où proviennent les ingrédients ? Sont-ils si sains qu’ils en ont l’air ? La CLCV a enquêté.

Plus d’eau que de protéines végétales pour des produits ultra-transformés

Plus de la moitié des produits sont principalement composés… d’eau ! Les ingrédients d’origine végétale ne représentent en moyenne que 39 % de la recette. Ce sont les galettes végétales qui en comportent le plus (53 %). Le reste de la recette est composé de matières grasses, de sel, d’épices et d’additifs. 8 produits sur 10 contiennent au moins un additif. Cela peut paraître étonnant pour ces produits qui ont une image saine mais qui sont pourtant ultra-transformés ! La CLCV encourage donc les industriels et les distributeurs à augmenter les protéines végétales et à réduire au maximum l’utilisation d’additifs et d’arômes.

Le prix n’est pas un gage de qualité

Acheter votre produit plus cher ne garantira pas un meilleur Nutri-Score, plus d’ingrédients d’origine végétale et moins d’additifs dans sa recette. Les galettes végétales en sont un bon exemple : leurs prix sont inférieurs à ceux des 2 autres catégories étudiées alors qu’elles ont un meilleur Nutri-Score, plus d’ingrédients d’origine végétale et moins d’additifs.

Substituer la protéine animale par de la végétale n’est pas à la portée de tous les budgets. Le kilo de steak végétal est à 13 € contre 10.5 € pour son homologue animal.

Un Nutri-Score trop peu présent

Les produits étudiés sont plutôt bons d’un point de vue nutritionnel : plus de 83 % sont notés A ou B. Ces notes, nous avons dû les calculer pour près de 80 % des produits enquêtés car ils n’indiquaient pas le Nutri-Score. La CLCV demande donc aux industriels et distributeurs d’afficher le Nutri-Score sur les emballages permettant une comparaison rapide des qualités nutritionnelles des produits.


À lire aussi : Le Nutri-Score bientôt obligatoire dans toute l’Union Européenne ?


Consommateurs : attention au marketing !

Un tiers des produits présentent des mentions liées à l’origine mais seulement 19 % précisent l’origine réelle des ingrédients. La CLCV demande donc aux industriels et distributeurs plus de transparence sur l’origine de l’ensemble des ingrédients d’un produit, surtout quand une mention telle que « fabriqué en France » ou un drapeau français apparaissent sur l’emballage.

S’il existe une multitude de logos « Végétarien » et « Végan », aucun n’offre les mêmes garanties. Le consommateur a de quoi s’y perdre ! La CLCV demande la création d’un label officiel reconnu par l’État pour apporter une information fiable et claire au consommateur.

Tous les résultats de l'enquête

*Relevé réalisé entre début avril et fin juin 2020 sur les drives de 16 enseignes de la grande distribution.

SOURCE : CLCV


Autres articles à consulter


© 2020 Alexandre Glouchkoff
Mentions légales - Cookies